Tutoriel Fakemon [Pixel-Art]

26 Réponses • 6023 Vues

SkaiZen

Graphiste

Tuto Fakemon par Eternum
[/u][/size]

Intro-
Bonjour/Bonsoir, je poste ce tutoriel que j'ai fait à la base pour quelques amis, puis que j'ai ensuite posté sur PSP. Je pense qu'il aura aussi sa place ici, et j'espère qu'il pourra vous être d'une grande aide, surtout pour ceux qui débutent dans le Pixel-Art et qui comme moi sont passionnés des Fakemons. Vous aurais désormais toutes les clés en main afin de créer vos propres Fakemons! Bonne lecture. :)


I-   Le concept.

Commençons par le commencement. Avant de commencer à dessiner une petite créature il faut penser au concept, à ce que le Fakemon représente : un animal, une plante, un fruit, un minéral, etc.
Ensuite il faut toujours réfléchir à ce qu’on va lui apporter pour le rendre plus « Pokémon », c’est-à-dire penser à un/des type(s), et à y ajouter des éléments en relation avec son type. Les flammes pour un Pokémon de type feu, des feuilles, branches, pour le type plante…
Et pour finir avant d’attaquer le spriting, réfléchir sur une posture : celle-ci peut être, pour un animal par exemple, à quatre pattes, mais elle peut aussi être pour le même animal, plus humanoïde et donc sur deux pattes. Une fois le concept établi, on peut commencer à spriter !

II-   Le line.

Pour réaliser un bon Fakemon, il faut que celui-ci ait un line propre, appliqué.
Pour obtenir un line propre il y a quelques règles à suivre :
-   Eviter les pixels en escalier.
-   Eviter les courbes trop anguleuses.
-   Allonger les arrondis pour avoir des formes harmonieuses.
-   Faire un sprite en ¾ qui regarde vers la gauche. Jamais de profil, ni complètement de face.

1)   Le line externe.
Une fois ces quatre petites règles mises en tête, on peut enfin commencer.
Tracer, à main levée, la forme du Fakemon à l’aide du crayon avec une épaisseur de 2*2 pixel. Essayez de varier les couleurs pour bien séparer les divers éléments du Fakemon.
Maintenant sélectionnez le crayon avec une épaisseur de 1*1 pixel et la couleur noire. C’est avec ça que vous allez tracer la première version du line. Repassez sur les bordures extérieures de la forme que vous venez de faire.
On obtient quelque chose comme ceci :
Puis effacez les couleurs utilisées pour la forme pour ne garder que le tracé noir.

On remarque pas mal de problèmes. C’est bien pour cela qu’il s’agit de la première version du line. On va maintenant modifier ce line afin d’obtenir quelque chose de propre. On va procéder par étapes.
Tout d’abord, enlever les pixels en escaliers (ici les deux pattes avant au coin d’en bas à gauche).
Puis retravailler les arrondis, en commençant par la tête. Il faut faire une belle tête ronde/ovale, en fonction de la morphologie de votre Fakemon. Regardez un peu plus bas comment les arrondis sont allongés (un pixel pour le coin, puis deux dans chaque sens, puis trois, puis le trait horizontal ou vertical de la tête), il faut souvent procéder plus ou moins de cette façon pour faire de beaux arrondis et éviter les courbes trop anguleuses.

On passe ensuite au corps. Ici il faut refaire le buste qui est trop anguleux et étant donné que je fais mon starter eau il y a une petite règle, que je ne dois pas oublier : faire une assez grosse tête comparé au corps. Ainsi je vais améliorer le line, en réduisant la taille de son corps, et de ses pattes, pour le rendre plus fragile et mignon.
Pour cela copiez/collez le line que vous avez pour le moment, changez sa couleur et par-dessus avec le noir, modifiez les formes qu’il est nécessaire de changer. Ici par exemple, j’ai choisi d’arrondir le dos dans vers le bas et de rétrécir le Fakemon, d’arrondir le buste comme dit plus haut et de réduire la taille des pattes surtout celle située en arrière-plan.

Il commence à ressembler à quelque chose normalement. Maintenant il ne reste plus qu’à harmoniser toutes ses formes. Il faut donc attacher la tête au corps, mais on s’aperçoit qu’à droite de la tête la jonction est un angle droit, il faut donc modifier ça et faire un arrondi allongé (une sorte de S en fait). Et on a enfin le line externe de notre petit Fakemon. N’hésitez pas à passer du temps sur cette étape elle est vraiment importante, c’est la base de votre sprite, il faut la peaufiner au maximum !

2)   Ajout de divers éléments.
Pour que ça ressemble à un Pokémon il va falloir vêtir cette base avec divers éléments caractérisant le Fakemon : ici c’est une sorte de cheval alors je vais y ajouter une crinière. Par la suite pour faire ressortir son côté « type eau » j’ajouterai une étoile de mer sur sa tête, enfin on terminera par les éléments qui s’intègrent au corps, ou à la tête du Fakemon, comme l’œil par exemple.
On va donc commencer par la crinière, en procédant de la même manière que pour le line extérieur.

Comme on peut le voir j’ai fait une crinière assez grande qui s’étale le long du corps de mon Fakemon. Maintenant qu’on attaque les détails, il faut avoir en tête de ne pas vouloir en faire trop. Cela a tendance à alourdir le sprite. De plus, souvent, de loin, certains détails, s’ils sont trop petits ou trop nombreux, on peut ne pas distinguer ce qu’ils représentent en réalité. On est dans l’univers Pokémon, il faut faire de grandes formes (ici de grandes mèches pour la crinière plutôt que 30 mèches les unes à côté des autres, où on ne comprendrait plus rien à la forme de cette crinière).



Sprite d’Aye – Mon sprite
Ici sur le sprite d’Aye on a du mal à distinguer les feuilles tandis que dans le mien on les distingue beaucoup plus facilement.
A présent je vais ajouter certains petits détails pour terminer le line de mon Fakemon, en commençant par lui faire une étoile de mer sur le visage étant donné qu’il est de type eau : il faut lui ajouter des particules ayant un rapport avec son type.

On va alors faire l’œil visible du Fakemon, c’est assez important quand l’œil détermine caractère/la personnalité du Pokémon, le rendant mignon (yeux de la plupart des starters) et inoffensif ou plutôt agressif (yeux appartenant à des Pokémons qui doivent avoir l’air méchants), ou encore passif (un peu comme Ramoloss, Florizarre, Parecool, etc).

Si vous n’arrivez pas à faire cette étape, n’hésitez pas à utiliser des yeux de Pokémon existants. Référez-vous à la partie annexe en fin de tutoriel ou j’ai ajouté pas mal de précisions sur les yeux, les différents ombrages…
Si j’ai fait une partie de l’étoile de mer en rouge c’est pour bien distinguer l’œil du bord de l’étoile, on changera tout ça en y insérant les couleurs.
Bon la deuxième version du line est terminée, la version finale sera atteinte lors des finitions après l’ombrage. On va donc pouvoir se mettre à choisir les couleurs de notre Pokémon.

III-   Les couleurs.

Le choix des couleurs est une étape qu’il ne faut pas bâcler car l’aspect final du Fakemon peut être handicapé par les couleurs utilisées.

Sprite d’Aye – Mon sprite
Une couleur saturée et vive vaut mieux qu’une couleur terne, pâle.
On peut procéder de deux façons pour choisir de bonnes couleurs :
-   Utiliser des couleurs de Pokémon existants (méthode conseillée pour les débutants).
-   Créer ses propres couleurs à partir de la palette de couleurs (qu’on retrouve sur tous les logiciels de pixel art même si ici j’utilise Paint, qui est de loin le logiciel le plus facile d’utilisation, même s’il est peu complet à côté des autres logiciels).

Pour la première méthode, ce n’est pas très compliqué, on utilise la pipette pour chaque couleur du Pokémon, et pour chaque teinte de chaque couleur. Par exemple :

La deuxième méthode est un peu plus compliquée. On va déjà choisir les couleurs de base, ici un bleu clair, un bleu foncé et un jaune.

Pour créer vos couleurs, ouvrez la palette de couleurs, voici les choses importantes à savoir :
-   Pour que vos couleurs soient en harmonie avec l’univers de Pokémon, il faut privilégier les couleurs assez saturées (120 minimum, même si on peut descendre à plus dans certains cas). Personnellement j’utiliserai une saturation d’à peu près 200 pour ce Pokémon même si d’habitude je tourne autour des 150-170.
-   Autre chose, la barre située tout à droite sera l’endroit où on modifiera la teinte d’une couleur pour la rendre plus sombre (l’ombre) ou plus claire (points lumineux). Dans certains cas on changera carrément la couleur pour l’ombre par exemple, car trop saturée ou trop pâle pour la même couleur utilisée pour la base. Dans la fenêtre de sélection de la couleur (la grande fenêtre à droite), on peut déterminer les couleurs saturées en haut et ternes en bas. Plus on montera, plus les couleurs seront saturées, utilisez cela pour faire de belles couleurs.


Ici j’ai cherché un bleu clair (plus près du bleu foncé que du vert sinon il aurait été d’une couleur turquoise) et assez saturée donc vers le haut de la fenêtre.



Et oui, il s’agit de la même couleur mais avec une saturation différente, et comme vous pouvez le constater, la deuxième couleur est la mieux, car le Fakemon sera vif, et aura une couleur « vivante », et pas un teint pâle comme dans la première image. Lorsque vous choisissez votre couleur essayez diverses couleurs en saturant plus ou moins jusqu’à obtenir la couleur qui vous convient.
Je vais donc garder les trois couleurs de la deuxième image comme base. Maintenant on va déterminer les ombres et les lumières grâce à la barre située tout à droite. Plus on descend plus c’est foncé, et plus on monte plus c’est clair. Bon je pense que ça vous l’aurez compris.
Il faut toujours faire attention à une chose : bien séparer les différentes teintes de la même couleur. Si vous faites la couleur de base, et ensuite la meme couleur à peine plus foncée, lors de la partie ombrage, on ne distinguera pas les deux teintes et le Fakemon n’aura aucun volume. Alors n’hésitez pas à sélectionner des teintes assez séparées, mais pas trop non plus, il ne faut pas qu’il y ait un gouffre entre deux teintes hein.
Pour cela, à chaque fois que vous prenez une teinte différente, testez-la directement sur la couleur de base et dézoomez (ou utilisez l’option miniature) pour vérifier que les deux teintes se distinguent et ne sont pas trop éloignées l’une de l’autre. Me voilà alors avec toutes mes couleurs :

On a alors toutes nos couleurs pour commencer l’ombrage.
Note : J’ai ajouté du blanc (et gris donc) pour ajouter certains éléments par la suite dans le pokémon.

IV-   L’ombrage.

Passons aux choses sérieuses : l’ombrage. Ce n’est pas bien difficile une fois qu’on sait comment ombrer différents types d’éléments, et différentes textures, je m’explique.
Logiquement je vais commencer par vous dire que la lumière sur les sprites (et pas mal d’autres choses dans Pokémon) provient du coin en haut à gauche. On va donc devoir ombrer le Pokémon à partir d’en haut à gauche. Le première contact de la lumière sur le Pokémon se fera par un point lumineux, ici je ne l’ai pas fait car la tête n’est pas lisse, c’est l’étoile de mer qui sera en contact direct avec la lumière. Mais ce n’est pas tout, les pattes par exemple (cf. Annexe) sont ombrées d’une manière particulière. La partie supérieure est plus claire que la partie inférieure, logique, mais la partie claire sera très souvent faite comme un rond de lumière. Vous verrez plus bas.
Enfin, tout à l’heure je parlais de textures, il faut définir ce terme. Les textures peuvent être du pelage, des écailles, des surfaces lisses, etc. En fonction de ces différentes textures, on devra ombrer d’une manière ou d’une autre, il ne faut pas toujours ombrer comme s’il s’agissait que de surfaces lisses. Vous allez voir le résultat de l’ombrage du pelage dans la crinière. Pour voir comment on fait je vous invite une fois de plus à regarder la dernière partie du tutoriel.

Voilà où j’en suis. Une ombre assez importante et que vous retrouverez dans la plus part de vos Fakemon est celle du cou. La tête fait de l’ombre au corps du Pokémon. On retrouve une autre ombre logique derrière l’étoile donc sur la partie supérieure du crâne du Fakemon. Quant à la crinière vous verrez dans la partie annexe.
Maintenant je vais unifier tout ça, du jaune vers le bleu, je vais intégrer le blanc pour faire une transition. Pour la crinière par rapport au corps je vais tout simplement retirer les bordures noires (les poils poussent directement du dos de la bête, ce n’est pas logique qu’il y ait un bord noir qui sépare la crinière et le corps).

Ce qui était déjà ombré avant les parties blanches, je l’ai mis en gris, car il faut prolonger l’ombre dans toutes les couleurs (regardez la patte arrière).
Voilà l’ombrage interne terminé. Avant de continuer de faire l’ombrage des bordures je tiens à préciser qu’il ne faut pas abuser des points lumineux (le petit rectangle plus clair sur la tête).

Si vous mettez trop de lumière dans votre sprite, il va être applati et perdre tout son volume c’est pourquoi il faut bien le doser. Dans mon sprite actuelle j’en ai mis un seul, sur la patte arrière, et ça suffit amplement. Lorsqu’on ajoutera des couleurs aux bords, le sprite gagnera en volume alors pas la peine d’essayer d’ajouter de la lumière, personnellement j’en mets le stricte minimum et le rendu est plutôt bien (jugez par vous-même sur Grelichou par exemple).

L’ombrage externe, donc des bordures, se fait de la même manière que l’interne. Les parties éclairées à l’intérieur le seront logiquement à l’extérieur. Par ailleurs, on va aussi eclaircir certains pixels internes comme les bordures des pattes, la jonction entre le bas du dos et la crinière et la suite de la tête qui se prolonge sur le corps. Ceci a pour but de ne pas avoir des pixels dans le Pokémon qui font tâche.

Si vous avez bien suivit mes indications vous devriez obtenir quelque chose comme ça. Le sprite est quasiment terminé. On voit très clairement où est-ce que j’ai éclairci les bords.
Pour finir, j’ajoute des petites bulles sur le corps de mon Fakemon car j’ai l’impression qu’il lui manque quelque chose.


Voilà notre sprite terminé !
Mais le tutoriel, lui, ne l’est pas, la partie annexe est là pour vous apprendre pas mal de choses.

V-   Annexe.

1)   Les types d’yeux.
Les yeux plutôt mignons. Généralement ce sont de petits Pokémons qui possèdent ce genre d’yeux. Mais il peut y avoir des exceptions, lorsque le Pokémon concerné est doté d’une personnalité gentille, adorable. Comme il peut y avoir des yeux plus agressifs sur des petits Pokémons (cf. Kaïminus).

Viennent donc ensuite des yeux plus agressifs.

Puis en suite des yeux allant de passifs, à complètement vides de toute émotion.

Pour finir il faut savoir que les yeux vont différer également en fonction du concept de base du Pokémon. Si c’est un insecte, il aura des yeux d’insectes, comme ici Mimitoss. De la même manière si c’est un reptile, il aura des yeux de reptile (cf. Abo par exemple).

2)   Les textures (pour l’ombrage).

On peut trouver un grand nombre de textures mais je vais parler des plus importantes. Il y a le pelage, le plumage, la roche, les feuilles, les branches, les nuages (Altaria). Et enfin les surfaces lisses, mais arrondies, qu’il faut savoir ombrer.


Je pense que c’est pas compliqué à comprendre pour la surface lisse arrondie.^^


Le plumage va du foncé vers le clair comme on le voit ici sur l’aile de Rapasdepic.


Le corps de Dodrio illustre parfaitement comment se fait un pelage. On doit mettre l’ombre dans le sens du poil, et en plus comme ici on a affaire à un rond, on fait du point lumineux vers les extrémités, sans faire de point lumineux. Et il ne faut pas hésiter à rajouter des poils plus foncés (ombragés quoi) sur la couleur de base, plus claire que l’ombre, ça donne un effet de mouvement, et c’est très beau si bien fait.
Bon je ne vais bien entendu pas faire toutes les textures, il suffit d’observer sur les Pokémon officiels et faire la même chose en l’adaptant à son propre Fakemon.

3)   Autres
Le feu peut être fait de différentes façons : avec des allumettes, ou un briquet.
Citer
Alors ça dépend, on peut aussi utiliser un silex, mais la meilleure façon à mon avis, c'est la friction entre deux morceaux de bois.
A savoir que des allumes-feu permettent un meilleur départ du feu.
Le feu peut être fait de différentes façons : En piques ou en arrondis (cf. respectivement Typhlosion et Sulfura). Personnellement je fais le plus souvent en arrondis, et je procède comme ceci :
Mettre la couleur rouge qui fera la bordure externe, ajouter le jaune par-dessus, puis la couleur intermédiaire, l’orange dans mon cas, plus ou moins pâle en fonction des deux autres couleurs.

Voilà le tuto est terminé, merci d’avoir lu et j’espère que cela vous sera utile. :)

« Modifié: 07 février 2015, 21:22:41 par Eternum »

Pixel-artiste spécialisé dans l'art des fakemons.
Pokémon Version Grenat en cours de création.
Fakedex -> 21 sprites - 3 dessins.

Si vous voulez mon s

Sprite Pixel Art Tuto Graphique

Sangana

Graphiste

C'est un vil copié de collé de ce que tu as fait sur psp :siffle:
Bon Bon, que faire pour la signature ;D

Aye

Graphiste

Nan mais oh! D'où tu me rabaisses, je suis supérieur à toi :fuit: Tu sais ce que j'en pense de ton tuto ^w^
Draw
?______________________________________________________________________________________________________________________________????????????????______________________________________________________________________________________________________________________????

SkaiZen

Graphiste

De rien Eddy. :)

Sangana, en même temps tu veux que j'en écrive un autre de a à z pour dire exactement la même chose? Et puis si je le poste ici c'est aussi pour que ceux qui ne sont pas passés par PSP le voient. Même si ce forum n'est pas axé Pokémon, je pense que ça peut être utile de le partager.

Désolé Aye hihi mais tu t'es largement amélioré. :p
Pixel-artiste spécialisé dans l'art des fakemons.
Pokémon Version Grenat en cours de création.
Fakedex -> 21 sprites - 3 dessins.

Si vous voulez mon s

Sangana

Graphiste

T'aurais pu au moins faire un nouveau Fake ='(
Criminel va !!!
Bon Bon, que faire pour la signature ;D

SkaiZen

Graphiste

Pour te faire plaisir j'en ferai un autre en vidéo. :)
Pixel-artiste spécialisé dans l'art des fakemons.
Pokémon Version Grenat en cours de création.
Fakedex -> 21 sprites - 3 dessins.

Si vous voulez mon s

GiraKoth

Programmeur

Juste une petite remarque concernant le choix des palettes : parfois, faire varier uniquement la saturation peut donner des résultats pas forcément très plaisants... dans ce cas-là, il faut aussi un peu bouger le curseur dans la palette pour ajuster la teinte.
Cela dit, le reste du tuto est excellent.

Toujours en vie (je crois)

SkaiZen

Graphiste

Je suis d'accord avec toi Gira, c'est souvent le cas dans les couleurs déjà très vives, si en plus on les sature trop ça rend quasiment fluo. Je vais ajouter cette petite précision dans mon tuto, merci pour ton commentaire. :)
Pixel-artiste spécialisé dans l'art des fakemons.
Pokémon Version Grenat en cours de création.
Fakedex -> 21 sprites - 3 dessins.

Si vous voulez mon s
Bizarrement je crois déjà avoir entraperçu ce tutoriel et si je me souviens bien on me la même déjà expliquer en vocal, mais serais-tu un vil copieur de éternum oooo:
Bon plus sérieusement super tuto qui m'avais tout appris, mais jai tout oublier x), qui permettra à tout jeune maker de faire des fakemons .
Waaaa Oo C'est cool que tu l'es mis sur ce forum, je l'ai pas vu sur psp (Ou du moins, j'ai pas cliquer dessus X) ) et ça m'a permis de faire un trucs assez sympa
(ça casse pas 3 pattes à un canard heureusement, parce que le pauvre mais c'est déjà potable ^^)

Gros pouce vert pour toi aussi :)

SkaiZen

Graphiste

Merci à tous les deux pour vos commentaires, content que ce tutoriel en aide plus d'un. :3

Par ailleurs je voulais vous informer (je savais pas trop où poster ça alors je profite de ce sujet pour le faire) que si certains d'entre vous débutent (ou aimeraient débuter) dans le domaine du Pixel Art, et plus précisément dans le domaine de la création de fakemons, je peux vous aider à apprendre, je peux vous donner des conseils si vous en avez besoin ou bien vous aider à progresser. Si vous êtes intéressés n'hésitez pas à me le dire par MP, ou bien envoyez moi votre identifiant skype, je serai ravi de le faire!

Voila bonne soirée! :D
Pixel-artiste spécialisé dans l'art des fakemons.
Pokémon Version Grenat en cours de création.
Fakedex -> 21 sprites - 3 dessins.

Si vous voulez mon s

Aerun

Modérateur

Juste une petite remarque concernant le choix des palettes : parfois, faire varier uniquement la saturation peut donner des résultats pas forcément très plaisants... dans ce cas-là, il faut aussi un peu bouger le curseur dans la palette pour ajuster la teinte.
Cela dit, le reste du tuto est excellent.

Oui il faut varier teinte ET saturation pour chaque variation.
D'ailleurs, une bonne palette en pixel art part d'une couleur et ajuste ces deux paramètres, et ne change jamais brusquement de couleur. Pour Pokémon, c'est différent.

« Modifié: 05 mai 2015, 13:30:54 par Aerun »

J'aimerais savoir ! Quel logiciel utilise tu ?
Pokémon Version Onyx ? Quand est-ce que je reprend
laisse moi manger 30 Tacos et PEUT-ETRE que je reprendrais ! xD

Ota

Programmeur

J'aimerais savoir ! Quel logiciel utilise tu ?

Paint il le dit dans le tuto.
Sachant qu'on préfèrera largement GraphicsGale à Paint une fois la découverte du pixel art passée. :<

There was an error while thanking
Thanking...